Accueil du site

Contact

News 

Prévisions météo

Prévisions villes

Certificat intempérie

Bulletin Europe

 

Observations

Satellite en direct

Temps présent

Températures

Intensité orageuse

T° eau de mer

Carte UV

Précipitations

Direction du vent

Hauteur de neige

Prévisions neige

Point de rosée

Taux d'humidité

Séisme live

 

Les Dossiers

Cartes géographie

Dossiers météo

Les vagues de froid

Inondations France

Risque d'inondation

Tempêtes en France

Risque de tempête

Prévoir une tempête

Chasser les orages

Soleil et bronzage

Précipitations 9 jours

Boutiques

Radio-meteo

 

Stéphane FIEVET

Mon éditorial

 

Les Cartes

Pluie J J+1 J+2

Nuage J

Géologie Les sols

La pluie La Neige

T° janvier T° juillet

Climatiques

Végétation

Climat

Gelée

Neige

Précipitation

Janvier Juillet

Vent

Ensoleillement

régions / climat

Courants Marins

Précipitations

Saisonnière

Précipitation / an

Janvier Juillet

Amplitude

Climatique

 

Plan du site

 

gratuit annuaire gratuit

 

 

 

 
Les périodes glaciaires

 

Les chasseurs néanderthaliens opéraient de concert pour capturer non seulement de petites proies mais des bisons, des élans et des rennes et déplaçaient leurs campements selon les saisons pour éviter les pires rigueurs de l’hiver.

Les Néanderthaliens étaient également accessibles à la pitié et à la spiritualité. Les préhistoriens ont exhumé des vestiges d’individus que leurs infirmités auraient rendus incapables de survivre par eux-mêmes et qui ont donc vécu à la charge de leurs compagnons. Les prédécesseurs des Néanderthaliens auraient sûrement abandonné ces vieillards ou ces handicapés mais eux les ont nourris et leur ont fait une place dans leurs bandes nomades. Les fouilles ont d’autre part montré que les Néanderthaliens pourvoyaient avec tendresse au repos de leurs morts et garnissaient la tombe de nourriture et d’outils de silex destinés apparemment à une survie dans l’au-delà. En 1960, l’analyse de pollens recueillis dans une sépulture néanderthalienne d’Irak a prouvé que celle-ci avait été recouverte de guirlandes de fleurs. Au passif des Néanderthaliens, des indices permettent d’avancer qu’ils se livraient sans doute au cannibalisme et à l’infanticide. Il n’en reste pas moins qu’ils étaient nettement plus évolués que leurs ancêtres.

L’ingéniosité et les efforts des Néanderthaliens ne les empêchèrent pas de disparaître. Il y a quelque 40000 ans apparut un nouveau type humain, dénommé l’homme de Cro-Magnon, d’après le site français où l’on découvrit son squelette. Ces hommes de la race de Cro-Magnon ont une apparence moderne et une intelligence développée; Ils savent tailler la pierre et façonner toute une série d’outils en os et en bois qui surpassent de loin les réalisations néanderthaliennes. On ignore le moment et le lieu de leur première apparition. Des vestiges provenant du Moyen-Orient et d’ailleurs laisseraient penser qu’ils sont issus de populations néanderthaliennes. Mais ce processus évolutif ne semble pas s’être produit en Europe occidentale où leur présence résulterait de migrations. Cet afflux fut désastreux pour les Néanderthaliens. 5000 ans à peine après l’arrivée de l’homme de Cro-Magnon en Europe — intervalle d’une brièveté stupéfiante comparée à la lenteur de l’évolution jusqu’alors —, les Néanderthaliens avaient disparu.

 

 

 

Cette soudaine disparition constitue l’une des plus grandes énigmes des temps glaciaires. De nombreux savants ont longtemps pensé que les nouveaux venus, plus évolués, avaient tout bonnement supprimé leurs prédécesseurs, mais les fouilles n’ont fourni aucun indice d’un massacre aussi massif. D’autres autorités soutiennent que les deux peuples se sont mêlés et croisés ou que les Néanderthaliens, relativement arriérés, ont fui devant les empiètements des arrivants, pour s’éteindre finalement dans les régions retirées où ils avaient cherché refuge.

La puissance de l’intelligence de ces hommes de la race de Cro-Magnon ne fait aucun doute. Vivant en groupes plus nombreux et plus organisés que les hominidés qui les avaient précédés, ils ont fini par peupler la plus grande partie du monde. Dès —30000 ans, ils avaient atteint l’Australie après avoir sauté d’île en île sur leurs embarcations, le long de la péninsule malaise ; dès —25000 ans, ils avaient probablement réussi à franchir l’isthme de Béring et ils s’établirent en Alaska, où ils restèrent jusqu’à ce que le recul de l’inlandsis canadien leur ouvrît un couloir suffisamment vaste leur permettant de progresser en direction du sud.

 

< Précédent                             Suivant >
 

 

   

 

 

© 1999 - 2014  Alertes-météo.com - Tous droits réservés
 

 Dernière modification le : 28/09/2016 à 09:53.